Play
  • J-B MILLOT 1965 (2)

Témoignages

« Une complicité musicale, une vision poétique partagée : s’engager sur un projet musical d'enregistrement tel celui des Concertos de Maurice Ravel était un pur défi. En effet sur un terrain discographique abondant, nourri d'éblouissantes réussites, en termes d'interprétation, de style, de jeu pianistique, de connivence entre soliste et orchestre, fallait-il imaginer "La" rencontre entre un soliste, un orchestre, un chef, trouver l'alchimie ouvrant de nouvelles perspectives, offrant un nouveau regard, retrouvant la poésie profonde du monde sonore et poétique ravélien. Avec Vincent Larderet cette rencontre s'est produite, au-delà des mots, dans une fulgurance au sommet ; au sommet des intentions, des intuitions, au fait d'une sensibilité éprise de vérité, de respect du texte, porté par un "au-delà" des notes, une musicalité qui cherche et découvre à travers le son, le phrasé originel, le plus sensible et poétique univers intérieur du compositeur. L'orchestre Ose! épouse alors dans la belle complicité des personnalités artistiques en présence, la sonorité du piano, y puise l'inspiration, y réfléchit la lumière, l'énergie solaire propre à ce style ravélien épuré et si expressif néanmoins. La presse internationale a encensé cet enregistrement, preuve qu'une grande vision, portée par une personnalité et un talent tels ceux de Vincent Larderet sur un terrain d'interprétation largement exploré, peuvent faire merveille et bouleverser les canons, les us, les modes, la tradition, en retournant à la source originelle, à l'esprit même de Maurice Ravel. »
Daniel Kawka - chef d'orchestre, Directeur musical de l'Orchestre Symphonique Ose ! & de l'EOC (28 décembre 2018)

« Je suis vraiment très impressionné. Vous avez enregistré là les plus belles Images jamais entendues par moi. Toute la musique de Debussy est là dans sa plénitude, par la clarté et la justesse parfaite que vous obtenez dans les rapports des plans sonores et l'exactitude des contrastes dynamiques. Vous me semblez de mémoire être le seul qui respecte magnifiquement ce Tempo rubato que Debussy indique au début des Reflets dans l'eau et qui renvoie à cette mouvance incessante à la fois de la "matière aquatique" et des jeux de lumières. La virtuosité n'est jamais chez vous conçue comme un effet extérieur, mais comme l'expression d'une force vitale profonde, destinée à mettre en valeur l'évidence des caractères propres de la sonorité. La musique de Debussy est vraiment une musique de "matière sonore" (comme vos octaves par leurs "rondeurs" sonnent magnifiquement !). Votre Hommage à Rameau est noble et non poussiéreux comme on l'entend si souvent malheureusement chez d'autres pianistes. Cela reste du Debussy épris de couleurs sonores inhérentes aux matériaux mis en œuvre et non un hommage scolastique à la musique ancienne. Dans Mouvement, vous êtes l'un des rares à maintenir le tempo d'une régularité inexorable, en particulier en évitant de ralentir à la fin. Le morceau n'en a que plus de force et n'en est que plus convaincant. J'ai déjà plusieurs fois écouté un par un les Préludes. C'est magnifique ! Quant au Martyre, vous avez bien eu raison de vous appuyer sur la partition d'orchestre pour cette réalisation. Cela permet de mieux mettre en valeur la construction dramatique de certains morceaux, qui dans la réduction de Caplet semble un peu effacée. Et cela permet pour l'interprète d'accroître l'intérêt pianistique. Vous nous avez donné là véritablement à entendre une magnifique œuvre nouvelle de Debussy, d'une richesse sonore incroyable, dans une véritable écriture pianistique très valorisante pour l'interprète. »
Gérald Hugon - Ex-Directeur artistique des Éditions Durand/Universal Music Publishing, musicologue (19 novembre 2017)

« Votre disque ARS Produktion Ravel Orchestral & Virtuoso Piano est une splendeur, un exploit aussi impressionnant que le disque Florent Schmitt. Un grand merci et un grand Bravo. »
Bruno Monsaingeon - violoniste et cinéaste (18 février 2014)

« Vincent Larderet est un excellent pianiste et musicien qui possède de surcroît une grande présence sur l'estrade. Son talent mérite l'attention de toute personne ayant un rapport avec la musique. »
Bruno Leonardo Gelber - pianiste (12 octobre 2002)

« Bravo pour ce disque extraordinaire !  Vincent Larderet a une musicalité innée et très raffinée, alliée à une technique aussi incroyable. »
Salvador Brotons - chef d'orchestre, compositeur (14 décembre 2001)

« Extrêmement doué, Vincent Larderet peut aborder tous les styles du répertoire. Sa technique, sa musicalité et sa maîtrise alliées à une belle sensibilité artistique touchent profondément celui qui l'écoute. La fougue de la jeunesse lui permet d'exprimer toute une palette de sentiments et de couleurs ; son intelligence au service de la construction de l'œuvre participe à cette plénitude... Vincent Larderet possède toutes les qualités d'un grand concertiste. »
Carlos Cebro - pianiste (20 octobre 1999)

« Vincent Larderet, jeune pianiste français, surprend par sa maturité, ses qualités artistiques. Le grand répertoire romantique trouve en lui l'interprète idéal. Son jeu naturel, ses facilités exceptionnelles et sa curiosité d'apprendre permettent de prévoir l'évolution de sa carrière.»
Ewa Osinska - pianiste (1er juillet 1997)

« Cette fois encore il a suscité l'admiration, non point tant en raison de sa technique virtuose, pourtant impressionnante, qu'à cause de l'émotion de son jeu et de la densité de sa musicalité : qualités qui toujours confirment un musicien accompli, un artiste authentique. »
Alban Ramaut - musicologue, Professeur des universités (3 juillet 1997)